Book haul de juillet

Je n’ai pas grand chose à dire et, pour être honnête, j’ai un peu la flemme d’écrire donc, voici les livres qui ont rejoint ma bibliothèque ce mois-ci, tout simplement :

couv38725380-side

À la Fnac, j’ai acheté Les neiges bleues de Piotr Bednarski ; oui, encore de la littérature russe. Mais en plus de se dérouler en URSS, la poétique du titre et la couverture m’ont attirées l’œil. Sur la quatrième de couverture, on peut lire : « Au coeur du système répressif soviétique des années quarante, dans l’antichambre du Goulag, un petit garçon de huit ans tente, malgré les épreuves, de garder l’allégresse naturelle à l’enfance. Sur une terre froide et austère avec le Goulag pour seul horizon, certains lisent la Bible en cachette et ne se résignent pas à l’Enfer. Malgré une vie rythmée par les morts, les disparitions, les emprisonnements, le jeune Petia, condamné à devenir adulte avant d’avoir dix ans, va découvrir un terrain de jeu nécessaire et absolu où pousse une des plus belles fleurs de l’espoir : la poésie. » 

couv38725380

Sortie dans Nice avec un pote, je me suis rendue compte, toute contente, qu’une brocante se tenait sur Garibaldi (la place, bien entendu). J’ai fouillé dans les stands pourvus de livres et j’y ai déniché les Carnets de Saint-Exupéry. « Parmi les œuvres de Saint-Exupéry, les Carnets sont une oeuvre à part. Travail de réflexion intime à l’origine, ils n’étaient pas destinés à la publication, ni à servir de trame à de futurs romans. Partant de discussions réelles avec ses amis, Saint-Exupéry construit une sorte de dialogue avec lui-même où se mêlent réflexions, constatations, interrogations. Qu’il se révolte contre les Espagnols qui saccagent leur pays ou qu’il développe sa théorie de l’égalité, Saint-Exupéry se fait le chantre du langage. On retrouve dans ces pages les questions que chaque homme se pose quand il voit le monde qui l’entoure aller à vau-l’eau, dépassé par les situations qu’ont créées ses contemporains. C’est aussi la découverte de la sensibilité d’un homme curieux de tout, qui, entre l’énoncé classique d’un théorème de physique et la résolution d’un problème financier, écrivait : ‘Je prendrai de chacun de vous tout le bien, et j’en formerai un cantique.' »

couv16441500

Et puis comme à chaque book haul, il y a les livres que ma maman me passe. Cette fois-ci, il n’y en avait qu’un, le dernier qu’elle a lu : Dracula de Bram Stoker. « When Jonathan Harker visits Transylvania to help Count Dracula purchase a London house, he makes horrifying discoveries in his client’s castle. Soon afterwards, disturbing incidents unfold in England: an unmanned ship is wrecked; strange puncture marks appear on a young woman’s neck; and a lunatic asylum inmate raves about the imminent arrival of his ‘Master’. In the ensuing battle of wits between the sinister Count and a determined group of adversaries, Bram Stoker created a masterpiece of the horror genre, probing into questions of identity, sanity and the dark corners of Victorian sexuality and desire. »

couv22437341

Enfin, il y a ceux que j’ai acheté dans une petite bouquinerie de Nice, pleine de livres d’occasion et de livres d’art en tous genres. Quatre livres ont attiré mon attention. D’abord, Galatée de James M. Cain, que j’ai acheté uniquement pour son titre. Je serais incapable de vous expliquer ce qui s’y passe, mais il me semble que c’est un polar ; il n’y a pas de quatrième de couverture et je ne veux pas savoir à l’avance ce qu’il me réserve, je fais trop confiance à ce titre. 

FullSizeRender

Je me suis ensuite tournée vers un petit ouvrage, L’Attentat de Yasmina Khadra, et, encore une fois, le résumé m’intéresse peu puisque j’ai une confiance aveugle en cet auteur, qui m’avait convaincue avec son roman Ce que le jour doit à la nuit (voir ma chronique). Mais voici ce que nous dit la quatrième de couverture : « Dans un restaurant de Tel Aviv, une jeune femme se fait exploser au milieu de dizaines de clients. À l’hôpital, le docteur Amine, chirurgien israélien d’origine arabe, opère à la chaîne les survivants de l’attentat. Dans la nuit qui suit le carnage, on le rappelle d’urgence pour examiner le corps déchiqueté de la kamikaze. Le sol se dérobe alors sous ses pieds: il s’agit de sa propre femme. Comment admettre l’impossible, comprendre l’inimaginable, découvrir qu’on a partagé, des années durant, la vie et l’intimité d’une personne dont on ignorait l’essentiel? Pour savoir, il faut entrer dans la haine, le sang et le combat désespéré du peuple palestinien… »

couv29841127

Il y a un ouvrage bien plus conséquent qui m’a lui, davantage intriguée et attirée par cette fascination que j’ai, comme beaucoup de gens, pour l’espace, le firmament, le monde en général ; ce livre, c’est univers, univers de Régis Jauffret. Au dos, on ne peut lire qu’une simple citation de l’auteur, « Nous sommes des univers passagers dans l’univers qui s’éternise. » Et cette phrase résonne tellement en moi, correspond de si près à la vision que je peux avoir du monde, que je n’ai pas hésité une seconde : je veux, je dois lire ce livre. 

FullSizeRender-1

Et enfin, le dernier qui a rejoint ma bibliothèque, et que j’ai choisi alors que j’allais passer à la caisse, c’est un ouvrage d’Arthur Miller intitulé Les sorcières de Salem – suivi de Vu du pont. La « légende » des sorcières de Salem est quelque chose qui m’intéresse énormément, donc là encore, je n’ai pas hésité. Ce livre (qui sent divinement bon, comme tout vieux livre qui se respecte) est constitué de deux pièces de théâtres, et ne comporte pas non plus de quatrième, donc vous vous contenterez de cette information. — Edit : et en voulant l’ajouter sur Livraddict, je viens de me rendre compte que je l’avais déjà en anglais (The Crucible), donc je m’en vais le donner à ma sœur. 

couv64831298-side

Emi

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s