Une page d’amour d’Émile Zola

« Henri, je vous en supplie… Laissez-moi… » Mais il lui avait saisi les poignets, il l’attirait lentement, comme pour la vaincre tout de suite d’un baiser. L’amour grandi en lui pendant des mois, endormi plus tard par la rupture de leur intimité, éclatait d’autant plus violent, qu’il commençait à oublier Hélène. Tout le sang de son cœur montait à ses joues ; et elle se débattait, en lui voyant cette face ardente, qu’elle reconnaissait et qui l’effrayait. Déjà deux fois il l’avait regardée avec ces regards fous.


901983IMG9131
19/20

Mon avis : que dire, à part que c’était du Zola ? Une fois de plus, il m’a laissée bouleversée et sans voix, et une fois de plus, j’ai été émerveillée devant la finesse et la beauté de son écriture. Je pense que c’est un de mes ouvrages préférés de lui, aux côtés de L’Œuvre et de La Bête Humaine. Toute l’intrigue prend place dans un Paris qui reflète les émotions des personnages, toujours décrit par rapport aux mouvements passionnés et passionnels de leurs cœurs. Elle est centrée autour de trois personnages : Hélène, sa fille Jeanne et le docteur Henri. On pourrait presque qualifier ça de triangle amoureux, mais il me semble que c’est bien plus que ça et que ça ne ferait que réduire le poids du récit.

S’il y a quelque chose qui m’a marquée, c’est que l’histoire fonctionne comme un cycle, les personnages partent d’une paix assez triste, puis leur ordre est bouleversé par les passions, et ils retournent enfin à une paix d’autant plus amère qu’ils ont causé leur propre malheur. Le personnage d’Hélène m’a extrêmement touché, coincée entre l’amour maladif de sa fille et l’amour charnel, presque fou, d’Henri. J’ai vécu son histoire comme une véritable tragédie de l’existence, parce que dès que les évènements s’enclenchent, rien ne semble pouvoir les arrêter et tout veut nous mener au désastre.

La figure récurrente et omniprésente de la mendiante est un élément symbolique passionnant, elle semble représenter la misère qui entoure sans cesse les personnages, et son seul moment de « bonheur » correspond au seul moment de laisser aller d’Hélène.

Je ne peux donc que vous recommander ce merveilleux livre (ainsi que tous les autres de Zola), parce que c’est un véritable bijou, rempli de tristesse mais délicieusement bien écrit ; un coup au cœur !

Emi

Publicités

One Reply to “Une page d’amour d’Émile Zola”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s