Northern Lights de Philip Pullman

– Lu dans le cadre du Cold Winter Challenge

« Once in a lifetime a children’s author emerges who is so extraordinary that the imagination of generations is altered. Lewis Carroll, E. Nesbit, C.S.Lewis, and Tolkien were all of this cast. So too is Philip Pullman, whose Dark Materials trilogy will be devoured by anyone between eight and eighty. The most ambitious work since The Lord of the Rings, it is as intellectually thrilling as it is magnificently written. » – New Statesman


couv37173193
Everyman’s Library

Tome I : Northern Lights


Résumé : Lyra Belacqua a 12 ans lorsqu’on la rejoint au Jordan College à Oxford, où elle a grandi, orpheline, entourée de son oncle et de professeurs. Lorsqu’elle découvre l’existence d’une certaine Poussière (Dust en anglais) que l’on peut apercevoir dans les aurores boréales du grand Nord, elle pressent son importance et son implication dans une histoire d’enlèvement d’enfants qui prend place dans tout le pays. Dans ce monde, tout être humain a à ses côtés un dæmon, qui, plus qu’un simple animal de compagnie, représente (entre autres) son âme, et ressent ses douleurs physiques comme morales. Lyra, accompagnée de son dæmon Pantalaimon et d’un aléthiomètre d’or, va de fil en aiguille se trouver embarquée dans un voyage vers le Nord et découvrir les mystères de la Poussière, son rapport avec le Magisterium (corps de répression de l’Église) et avec les Gobblers (qui enlèvent les enfants). 

Mon avis : J’ai beaucoup aimé ce premier tome qui m’a replongé dans mon enfance mais qui m’a aussi permis de redécouvrir cette saga, que j’avais adorée petite, avec mes yeux d' »adulte », et d’y voir les enjeux politiques, sociaux, etc… que je n’avais alors pas pu apercevoir. C’est un récit qui n’a selon moins pas d’âge, car, à la manière des contes de fées, il est compris différemment selon l’âge mais aussi la culture, les connaissances, le spectre du lecteur à une période donnée et a des « sens cachés ». Le personnage de Lyra est attachant et inspirant, elle est une héroïne qui, malgré son ‘innocence’ (elle est encore une enfant), ne recule pas devant le danger ou l’autorité et sait se battre pour ceux qu’elle aime et ce en quoi elle croit. J’ai donc vraiment apprécié ma lecture, on ne s’ennuie jamais et l’auteur a une plume agréable, à quelques endroits vraiment poétique, par exemple lorsqu’il décrit la Poussière dans les aurores boréales ou le lien qui unit un être humain et son dæmon. 

L’adaptation cinématographique The Golden Compass intitulée en français À la croisée des mondes : La Boussole d’Or, est bonne et agréable à regarder, mais elle ne concentre pas les niveaux de compréhension qu’a le livre d’origine : la religion est seulement implicite, le rapport particulier entre être humain et dæmon et sa force se font peu ressentir, et beaucoup de matière est perdue (mais c’est normal dans un film). J’aime toujours ce film, il m’a permis de me « remettre dans le bain » avant de relire la trilogie, mais il constitue pour moi plus une introduction à l’univers de Philip Pullman qu’une œuvre entière. Je le recommande donc pour ceux et celles qui auraient peur de mal comprendre le livre s’ils / elles veulent le lire en anglais, mais je conseille vraiment l’œuvre écrite qui dépasse le statut de divertissement du film. 

capture-decran-2017-01-02-a-20-52-23

— Emi

Publicités

3 Replies to “Northern Lights de Philip Pullman”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s