Mes livres préférés de tous les temps

Je vais vous faire aujourd’hui une liste non-exhaustive de mes livres préférés, avec d’abord les quatre (presque cinq) livres que je n’oublierai jamais et qui sont juste merveilleux, puis, pour étoffer cet article, je vous ajouterai quelques ouvrages qui malgré leur place secondaire dans mon cœur sont tout aussi fabuleux et méritent à 100% que vous vous y intéressiez. 

Tout d’abord, le premier et le plus important ; mon premier classique, et le premier d’une longue lignée de merveilleux ouvrages, j’ai nommé : Crime et châtiment de Dostoïevski. Avant de le lire, je faisais partie de ces gens qui n’aimaient pas vraiment les classiques car ennuyeux (où avais-je la tête !!!) mais ce roman, traduit du russe, m’a totalement fait changé d’avis et depuis, ma bibliothèque est composée à 90% de classiques. C’est donc un must-read (ça se dit pas mais on a compris) et j’ai trop hâte de le relire à plusieurs stades de ma vie pour l’apprécier avec des angles et des connaissances culturelles différent(e)s. En résumé, même si l’œuvre en elle-même est bien plus importante que la narration seule, on suit l’histoire d’un homme, Rodion Romanovitch Raskolnikov, qui, sans le sou, va commettre un meurtre, celui de son usurière. Ce roman pose des questions importantes sur le passage du crime au châtiment, la rédemption morale, ou ce qu’il est acceptable ou non de faire dans le but d’une amélioration de sa condition humaine (ici, financière). 

Ensuite, et sans ordre qualitatif, vient Le Parfum de Patrick Süskind, livre traduit de l’allemand que j’avais acheté dans un vide-grenier pour sa couverture (laquelle porte le superbe tableau Nymphe et Satyre d’Antoine Watteau), et qui est absolument génial. L’écriture est moins complexe que chez Dostoïevski, ou encore Léon Bloy dont je parlerai plus tard, mais elle est finement travaillée, le vocabulaire est sélectionné avec soin, et les descriptions des odeurs que perçoit le personnage principal Jean-Baptiste Grenouille sont justes et parviennent en quelque sorte à nous communiquer ses sensations. Le récit tourne autour de ce personnage, né dans le quartier le plus puant de Paris, et dont l’odorat se trouve dès la naissance exceptionnellement développé. Il n’a lui-même, qui plus est, pas d’odeur. Évoluant dans le monde de la parfumerie, il va aller à l’encontre de la morale pour tenter de réaliser un parfum fabuleux, transcendant l’espèce humaine. C’est un roman dark, la fin est juste époustouflante (no spoil), et ce personnage est pour moi l’un des meilleurs jamais crées en littérature (oui, je suis objective). Je pense que je vous ferai un article spécialement dédié à ce livre parce que je pourrai en parler pendant des heures. 

Mon bien-aimé Émile Zola a évidemment sa place dans ce cercle réduit avec son roman L’Œuvre, qui est beau, et grandiose, et si réel et réaliste qu’il en devient tragique. Prenant modèle sur sa relation avec le peintre Cézanne, Zola narre l’histoire de Claude Lantier, descendant de la lignée des Rougon-Macquart, peintre innovateur qui se détache de l’engouement parisien pour le néoclassicisme en revoyant son rapport aux couleurs et aux contrastes, et en peignant en extérieur. Il apparaît cependant comme un peintre maudit et incompris du monde artistique. On a en parallèle un véritable combat qui se met en place entre la figure de la femme aimée et la place de la peinture dans la vie de l’artiste, combat intemporel au sein duquel la femme, éphémère et imparfaite, rencontre souvent un échec. Un autre roman, moins bien que celui-ci mais toujours grandiose, est La Bête Humaine, dans lequel est traité le récit du cousin de Claude, Jacques Lantier, et sa lutte contre ses pulsions meurtrières qui apparaissent dès lors qu’il approche une femme. La description du monde ferroviaire, que je n’avais pu supporté en classe de seconde, est en fait réellement minutieuse, intéressante et surtout allégorique, et j’ai depuis su apprécier cette œuvre dans son entité. 

Enfin, last but not least, Le Désespéré de Léon Bloy. Aucune idée de la raison pour laquelle j’ai voulu le lire, mais en tous cas l’emprunter à un de mes amis a été une de mes meilleures décisions. Cet ouvrage est tellement riche en vocabulaire, en sensations, en sens, que je n’aurai aucun mal à le dire parfait. Le travail apporté au lexique est phénoménal, enrichissant et porte une attention particulière à la sémantique, redonnant à des termes leur sens premier / étymologique. Le récit en lui-même est un pur chef-d’œuvre, traitant de la relation de Caïn Marchenoir et Véronique Cheminot, d’abord amants, puis s’imprégnant de mysticisme, comme un amour passant de la dimension corporelle à la dimension intellectuelle, « intelligible » chez Platon. Il fait partie de mes meilleurs souvenirs de lectures et il faut vraiment que je le relise. 

pref1

À côté de ces quatre / cinq ouvrages monumentaux, d’autres livres sont pour moi de très bons ouvrages, qui m’ont satisfait dans ma recherche d’une œuvre unissant un travail appuyé de la « forme » et du « fond ». Dans le désordre, je citerai Le portrait de Dorian Gray d’Oscar Wilde qui est bourré de sens et vraiment, vraiment génial (et il faut absolument que je le relise en anglais) ; mais aussi Le Lys dans la vallée de Balzac qui est beau, tendre et parfois dur, mais toujours dans un style « doux » qui dénote de la relation chaste des deux protagonistes. Outre tous les autres livres de Zola, j’ajouterai aussi Bel-Ami de Maupassant, que j’ai énormément aimé, et Le Rouge et le Noir de Stendhal, tout aussi beau et fort, avec un personnage principal, Julien Sorel, des plus intéressants. Je finirai avec un livre qui n’est pas un classique (oui, ça arrive) : Le ciel de la Chapelle Sixtine de Léon Morell, roman semi-historique traduit de l’allemand, qui retrace l’histoire de la création par Michel-Ange de la fresque de la Sixtine, à travers l’histoire d’un de ses apprentis, arrivant à Rome pour apprendre la sculpture auprès du meilleur. Ce roman est facile à lire, se déroule pendant la Renaissance (aka meilleure période historique) à Rome, traite de Michel-Ange et si je l’ai acheté essentiellement pour son titre et sa couverture, j’ai été vraiment satisfaite de cette découverte. 

pref2

— Emi

Publicités

7 Replies to “Mes livres préférés de tous les temps”

  1. On a pas mal de goûts en commun !

    Crime et châtiments est un chef d’oeuvre, c’est un roman d’une telle force, il m’avait scotchée.

    J’adore Zola et l’un de mes buts est de lire tous les Rougon-Macquart. Je n’ai pas lu L’Oeuvre mais c’est le préféré de plusieurs de mes amis. Quant à Maupassant, je trouve que c’est l’un des meilleurs conteurs (avec Alexandre Dumas). Il a du talent pour nous faire entrer dans une histoire dès les premières lignes. Bel-Ami est génial, je l’avais dévoré.

    Je n’ai pas vraiment apprécié Le portrait de Dorian Gray. Je n’en entends que des éloges mais pour ma part j’ai été déçue. Il faudrait peut-être que je le relise.

    Aimé par 1 personne

    1. Moi aussi je veux lire tous les Rougon-Macquart, mais je prends mon temps parce que je sais que je serai triste quand j’aurais lu tout Zola ahah ! Je n’ai toujours pas lu Alexandre Dumas, j’avais tenté Les trois mousquetaires quand je devais avoir 12 ans mais ça m’avait ennuyée au possible :’)
      Ah personnellement Le portrait de Dorian Gray combine un peu tout ce que j’aime, il y a la peinture au sens propre et figuré avec la peinture de l’âme de Dorian, j’avais vraiment adoré et la fin m’avait scotchée !

      Aimé par 1 personne

  2. J’adore ses livres à part celui de Bloy, car je ne l’ai pas lu 😉 et Dostoïevski est mon écrivain préféré, et plus particulièrement le roman intitulé « L’idiot ».

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s